Rodin, à la lumière de l’Antique, à Arles

by / Monday, 20 May 2013 / Published in Provence

Cette exposition propose de révéler au public l’empreinte d’une Antiquité devenue invisible mais omniprésente dans l’oeuvre de Rodin.
Le visiteur y surprend un jeu perpétuel de miroirs entre Antiquité et création contemporaine au travers de 264 œuvres dédiées à la force de ce dialogue.
Les 132 Rodin sélectionnés, sculptures, assemblages et dessins, témoignent de cette fusion esthétique qui occupa Rodin tout au long de sa carrière.
En regard, 132 antiques exceptionnels qui ont habité la vie et l’esprit de Rodin, renouent avec Le Penseur, L’Age d’Airain, L’Homme qui marche, La grande Ombre, Le monument à Victor Hugo, Eve, La Centauresse…

 

La spectaculaire copie du Laocoon du Vatican a quitté les jardins de Versailles afin de rejoindre Le monument à Victor Hugo de Rodin.
Le Diadumène du British Museum quant à lui voisine avec L’Âge d’Airain.
Les musées de Boston, Melbourne, Londres, Liverpool enrichissent le propos d’œuvres uniques dont le voyage en France est en soi un événement.
Dans ce contexte, le musée du Louvre a concédé le prêt de la Vénus d’Arles, chef d’oeuvre de l’art romain hérité de Praxitèle qui fut offert par les Arlésiens à Louis XIV.
Déployée sur 800 m², cette exposition-événement sur le rapport de Rodin à l’Antiquité gréco-romaine, est une première en province, tant sur le sujet que sur l’artiste.
Une trentaine de prêteurs privés et publics contribuent à ce projet coproduit avec le musée Rodin qui proposera une version synthétique de l’exposition à Paris, du 19 novembre 2013 au 23 février 2014.

Exposition du 6 avril au 26 septembre 2013.
Musée départemental Arles antique.
Avenue 1ère division France libre, presqu’île du cirque romain.
Ouvert tous les jours de 10h à 18h.
Fermé le Mardi.

Leave a Reply

TOP